Co-skipper de David Paul à bord de G-Alok, Damien Cloarec aborde la Sardinha Cup avec l’objectif de faire découvrir le large au jeune Londonien de 26 ans. Un rôle de « professeur » que le Carantécois prend particulièrement à cœur.

Parmi les 21 tandems qui prendront le départ mercredi à 16h de la première étape de la Sardinha Cup, plusieurs sont composés d’un marin expérimenté et d’un jeune, avec un vrai projet de transmission collant parfaitement avec le concept de course-école de l’épreuve. C’est le cas d’Alexis Loison avec Guillaume Pirouelle (Région Normandie), de Corentin Horeau avec Elodie Bonafous (Bretagne CMB Océane), de Ronan Treussart avec Gaston Morvan (Bretagne CMB Espoir), d’Alan Roberts avec Violette Dorange (Devenir), de Will Harris avec Pep Costa (Cybèle Vacances-Team Play to B), mais également de Damien Cloarec, qui accompagne le jeune Londonien David Paul, 26 ans, pour ses grands débuts sur le circuit Figaro Beneteau.

Un rôle qu’il a endossé par hasard : « J’ai perdu mon sponsor, avec lequel je devais courir la saison, il y a un mois et demi. Ce jour-là, Marcus Hutchinson était sur les pontons à Lorient, il cherchait quelqu’un pour accompagner David qui arrive sur le circuit et découvre complètement le large. » Le Carantécois de 37 ans n’a pas été long à convaincre, d’autant que cette proposition collait parfaitement avec la formation qu’il suit à l’École Nationale de Voile et des Sports Nautiques pour passer son diplôme d’Etat DEJEPS voile.

« Ma seule question a été de savoir si ça allait le faire en anglais, sourit Damien, Marcus m’a vite rassuré et effectivement, ça se passe super bien. Comme David d’entraîne avec le Team Vendée Formation, je suis venu naviguer ici à Saint-Gilles Croix-de-Vie avec le groupe d’Etienne Saïz, que je remercie énormément, parce que ça bosse super bien ici dans une très bonne ambiance. »

Place désormais à la compétition, qui sera la toute première en Figaro Beneteau 3 pour David Paul : « David ne se sentait pas d’attaquer directement par du solitaire sur la Solo Maître CoQ, il préférait commencer par une course en double. Les priorités pour nous seront de prendre du plaisir, de travailler la stratégie et d’être fiers de notre copie à l’issue des deux manches, on n’a pas d’objectif sportif. Je le trouve très calme, il a vraiment hâte d’y aller et découvrir le large. C’est une super expérience pour moi et un bel échange de cultures. »

Pour Damien Cloarec, cet accompagnement est également le prolongement de ce qu’il a entrepris depuis quatre ans avec la Ligue de Bretagne de Voile, mais également avec le collectif Mini qui vient de se monter à Roscoff avec l’association Voile Baie de Morlaix et la CCI de Morlaix. « Je suis bien dans cette peau d’entraîneur. Ça fait quatre ans que je collabore avec le pôle inshore de la Ligue de Bretagne, on fait des stages à Roscoff pour préparer les jeunes qui veulent se présenter au Challenge Bretagne CMB Espoir. J’ai ainsi encadré Elodie Bonafous, avec laquelle j’ai couru le Tour de Bretagne il y a deux ans, et Charlotte Yven, je suis super content de les retrouver ici et de voir comment elles ont progressé, je m’éclate dans ce travail de détection. »

La Sardinha Cup est aussi l’occasion pour le marin breton de garder la main sur le circuit Figaro Beneteau, puisqu’il n’a pas renoncé à l’idée de disputer la Solitaire du Figaro en août : « Il y a un mois et demi, tout roulait super, j’avais commencé les entraînements en décembre avec Tanguy Leglatin à Lorient, tout s’est arrêté du jour au lendemain. Maintenant, j’espère effectivement courir la Solitaire, le bateau est prêt, moi aussi, même avec un petit budget, je suis prêt à y aller. Il y a une étape à Roscoff, ce serait dommage de ne pas y être. Avis aux amateurs ! ».