La Sardinha Cup, première course de l’histoire du Figaro Bénéteau 3 et épreuve d’ouverture du Championnat de France Elite de course au large 2019, s’est achevée samedi soir par la remise des prix à la Conserverie de Saint-Gilles Croix-de-Vie. Directrice du Team Vendée Formation, qui co-organisait la course avec le Club de Voile de Saint-Gilles Croix-de-Vie, Estelle Graveleau en dresse le bilan.

Quel bilan faites-vous de la Sardinha Cup ?
Il est largement positif. Il l’était avant même le départ, vu le nombre de bateaux et le plateau que nous avions réunis, il l’a ensuite été dans le déroulé. Nous avons certes eu quelques embûches avec ces histoires de barres de flèches, mais finalement, nous avons su relever le défi de démâter et remâter 33 bateaux en moins de trois jours. La Sardinha Cup est une course-école, dont l’ambition est de faire découvrir les métiers de la mer et de la course au large, ces péripéties ont finalement permis de remplir encore davantage l’objectif, en mettant en lumière des personnes comme le grutier de Port-la-Vie, sans qui nous n’aurions pas réussi ce challenge, et les jeunes du Team Vendée Formation, qui se sont beaucoup investis pour permettre de tout finir dans les délais et lancer une troisième manche.

Sportivement, que retenez-vous de cette première édition ?
Nous avons eu trois étapes différentes pour les marins qui avaient besoin de tester leur bateau. Elles ont certes été raccourcies, mais ce n’est pas au nombre de milles qu’il faut les juger, le scénario a chaque fois été très intéressant, avec beaucoup de rebondissements et des conditions variées qui ont finalement permis à la course de remplir sa mission sportive, à savoir contribuer à aider les 68 skippers présents à poursuivre leur apprentissage du nouveau Figaro Bénéteau 3 dans des conditions de régate. Cerise sur le gâteau, nous avons un duo vainqueur parfait, un garçon/une fille, un Français/une étrangère, qui a mené la course de main de maître.

Quel avenir pour la Sardinha Cup ?
Nous avons signé avec la classe Figaro Bénéteau pour trois éditions tous les deux ans. Donc la prochaine aura lieu dans deux ans, toujours sur du format double, nous espérons que cette fois, nous irons à Lisbonne, parce que nous avions bien travaillé avec les Lisboètes, qui étaient ravis de nous accueillir et avaient mis tout en place pour que ça se passe bien [à la demande de la classe et en raison de la jeunesse des bateaux, la course est finalement restée à Saint-Gilles Croix-de-Vie]. Côté élus et partenaires, ceux qui étaient présents à la remise des prix samedi soir nous ont tous fait part de leur satisfaction, je pense que le retour sur investissement est très intéressant pour eux et j’ai senti chez beaucoup l’envie de nous soutenir de nouveau pour la prochaine édition, certains étaient même prêts à resigner tout de suite, donc nous sommes contents. Et les entreprises qui sont passées sur le village ont été séduites par notre concept de formation aux métiers, j’espère qu’elles auront elles aussi envie de nous accompagner à l’avenir.

Photo : Baptiste Blanchard/Sardinha Cup